Mot-clés liés à la formation
Durée de la formation
Lieux
Niveau de la formation
Dates de la formation souhaitées
Du au
Téléchargez
notre catalogue 2020 !
Enregistrer le PDF
Actualités
Retour à toutes les actualités

Apple accusé d’avoir volé la marque « Animoji »

Publié le samedi 1 septembre 2018

Une entreprise japonaise accuse Apple de lui avoir « volé » l’appellation « Animoji » – du noms des emojis animés qui comptent parmi les nouveautés de l’iPhone X – en toute connaissance de cause.

Parmi les nombreuses nouveautés que propose l’iphone X, les Animojis, des emojis animés qui recréent en simultané nos expressions faciales. Problème, le nom des petites bêtes ne serait pas si neuf que ça.

L’entreprise japonaise Emonster k.k. accuse en effet Apple d’avoir « consciemment pris la décision de voler le nom » de son application de messages textuels animés, elle aussi baptisée Animoji, et disponible sur l’App Store depuis 2014. La société a ainsi saisi la cour fédérale californienne pour violation de marque déposée.

Selon le patron d’Emonster, le développeur Enrique Bonansea, Apple savait que le nom Animoji lui appartenait. Il affirme avoir acheté le nom de domaine en 2015 au bureau américain des brevets et des marques, l’USPTO.

Enrique Bonansea explique qu’Apple a essayé de lui racheter le nom sa marque, mais qu’il a refusé l’offre. La firme de Cupertino a déposé une requête dans laquelle elle évoque un vice de forme qui invaliderait le dépôt de la marque d’Emonster. Selon elle, l’entreprise japonaise n’est plus reconnue sur le sol américain depuis l’expiration en 2004 de sa charte d’entreprise établie avec l’État de Washington. Apple estime donc qu’à la date du dépôt de la marque Animoji, Emonster n’existait plus aux États-Unis et n’aurait dû être en mesure d’acheter ce nom.

Si ses arguments sont valables, Apple a tout de même contourné la loi en présentant ses Animojis avant l’annonce d’une décision judiciaire. Emonster, de son côté, exige qu’Apple ne puisse plus utiliser le nom de marque et le dédommage à hauteur des bénéfices qu’il va réaliser. Pas sûr que des représailles financières effraient le géant à la pomme.

 

Sources : France 24

Mots clés :
IEEPI
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok