Mot-clés liés à la formation
Durée de la formation
Lieux
Niveau de la formation
Dates de la formation souhaitées
Du au
Téléchargez
notre catalogue 2020 !
Enregistrer le PDF
Actualités
Retour à toutes les actualités

Christian Brevard – Intervention à la semaine de l’innovation

Publié le mardi 22 avril 2008
image_brevard.jpg

Christian Brevard – Intervention à la semaine de l’innovation
Le président du directoire de Bruker BioSpin est intervenu le 22 avril à la maison de la Région à Strasbourg, comme « grand témoin » au cours de la semaine de l’Innovation.

 


 

Actif dans le secteur bancaire comme dans la formation à la propriété industrielle, industriel issu de la recherche, Christian Brevard défend une conception ouverte de l’innovation, non limitée à la technologie.

 

Morceaux choisis :

 « L’innovation ne se décrète pas.
C’est avant tout un état d’esprit. Cet état d’esprit peut être fertilisé par l’éducation, par la résilience, c’est-à-dire une capacité de souplesse, une aptitude à rebondir, à retrouver sa forme. »

« L’innovation, c’est quelque chose qui doit diffuser.
Prenons l’image du cerveau, l’organe qui nous fait vivre… il n’y a pas une aorte cervicale. Il y a un mini réseau de micro-veinules qui alimentent toutes les parties du cerveau en oxygène. C’est l’image du cluster, dont on parle souvent. Si on veut réfléchir, aller de l’avant, innover, il faut un réseau diffus d’apport d’oxygène. Et, d’un autre côté, un réseau synaptique qui s’oriente et réagit très vite pour réfléchir sur un problème donné. C’est ça l’innovation. »

« On a un défaut absolument majeur en France, qui se retranscrit dans l’innovation, dans le commerce extérieur et tout le reste : on a peur des autres… et on ne parle pas anglais. On fait un coup à l’exportation et on revient en vitesse dans son terrier, comme une belette ! »

« Il faut également innover dans le social. […] C’est vrai que les chefs d’entreprise ont souvent le nez dans le guidon. Mais leur responsabilité, c’est aussi de savoir monter en hélicoptère pour avoir une vision à 360 degrés. Ce n’est pas parce qu’on met en place un contrat d’intéressement qu’on va tuer l’entreprise. »

 

 

Article DNA du 10 avril 2008.

 

 

IEEPI
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok