Mot-clés liés à la formation
Durée de la formation
Lieux
Niveau de la formation
Dates de la formation souhaitées
Du au
Téléchargez
notre catalogue 2022 !
Enregistrer le PDF
Nos formations

2.3 – Actualités du droit des marques, dessins et modèles

Les objectifs
  • Connaître les principales décisions jurisprudentielles relatives au droit des marques, dessins et modèles de 2021 et 2022.
  • Connaître les principales évolutions de la doctrine en matière de marques, dessins et modèles.
Public concerné
  • Conseils en propriété industrielle
  • Spécialistes de l’industrie
  • Avocats
  • Juristes
S'inscrire à la formation Télécharger le PDF

Contenu de la formation

Actualité jurisprudentielle et doctrinale du droit des marques, dessins et modèles :
Étude complète et synthétique des décisions des Tribunaux

 

MARQUE :

 L’acquisition des droits

  • La qualité du dépôt
  • Le libellé des produits et services
  • La distinctivité par l’usage

L’exploitation des droits

  • L’usage à titre de marque
  • La déchéance de la marque
  • La coexistence – la licence – la cession

L’action en contrefaçon

  • La renommée
  • Les actes illicites prohibés
  • La protection des autres signes de qualité (AOP-IGP)

 

DESSINS ET MODÈLES :

Lancement du projet de réforme européen des dessins et modèles

La nouveauté

Le caractère individuel

  • Le dessin et modèle communautaire non enregistré
  • Les exceptions

L’action en contrefaçon

 

Le programme sera actualisé un mois avant le déroulement de la formation en fonction des décisions les plus récentes.

Exemples de décisions récentes qui ont été traitées en 2022 :

  • 1. Cass. Com., 13 octobre 2021, n° 19-20.959 et Cass. Com., 13 octobre 2021, n° 19-20.504, publiés au Bulletin

    Par deux arrêts d’une portée considérable, la Cour de cassation a décidé que le seul dépôt d’une marque n’est pas un acte de contrefaçon, dès lors que la demande d’enregistrement d’une marque ne caractérise pas un usage pour des produits ou services en dehors de toute commercialisation. Ce faisant, la haute juridiction opère un revirement de sa jurisprudence pour se conformer à la décision Daimler de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE., 3 mars 2016, aff. n° C-179/15).

  • 2. Cass. Com., 23 juin 2021, n° 18-20.170

    Une marque est descriptive si elle désigne les caractéristiques des produits ou services, selon les milieux intéressés, ou s’il est raisonnable d’envisager que cela soit le cas dans l’avenir. Ainsi, malgré l’obligation d’apprécier la validité d’une marque à la date de son dépôt, la Cour de cassation ouvre de nouvelles perspectives, qui devraient toutefois être contenues aux hypothèses de marques visant un public plus averti.

  • 3. CA Rennes., 7 septembre 2021, n° 18/18114

    La société Glock, fabricant du célèbre revolver, voit le dépôt d’une marque tridimensionnelle représentant son modèle iconique refusé par l’INPI : si ce modèle était, dans les années 1980 particulièrement distinctif, il est désormais largement répandu dans la culture populaire et souffre d’un défaut de distinctivité en 2015, date de la demande d’enregistrement.

  • 4. CA Paris., 25 juin 2021, n° 18/15306

    Commet un dépôt de mauvaise foi le titulaire d’une marque désignant la couleur rose du dispositif médical de prothèse en céramique qu’il commercialise, alors que cette couleur résulte de l’effet technique de son brevet qui est expiré.

  • 5. CA Paris., 17 septembre 2021, n° 19/20427

    La Cour d’appel de Paris estime que le dépôt de la marque Vente-Privée n’était pas frauduleux à la date de la demande dans la mesure où il contient un élément figuratif la distinguant de l’expression générique pour les services proposés.

  • 6. CJUE., 9 septembre 2021, aff. n° C-783/19

    La règlementation sur les AOP protège le syndicat et ses adhérents contre des services proposés par un tiers aussi bien que des produits : le syndicat de l’appellation Champagne était donc légitime à s’opposer à l’exploitant d’un restaurant espagnol dénommé « Champanillo ».

  • 7. CA Aix-en-Provence., 9 décembre 2021, n° 20/03556

    Une marque très évocatrice des produits et services visés (« MY LUXURY TRAVEL » pour des services d’organisation de voyages) est certes valide, mais n’offre une protection que très limité à son titulaire, qui ne peut s’opposer à une marque semi-figurative MY LUXURY VOYAGE.

 

Pour les personnes en situation de handicap, plus d’informations ici.

Retour à toutes les formations
Date :
Durée : 2x 2h00
Prix :
Niveau : 3- Avancé
Pré-requis :
  • Connaître les fondamentaux du droit des marques et du droit des dessins et modèles.
Intervenant(s) : Avocat.
Durée : 2x 2h00
Prix :
Niveau : 3- Avancé
Pré-requis :
  • Connaître les fondamentaux du droit des marques et du droit des dessins et modèles.
Intervenant(s) : Avocat.
Nos engagements qualité
Certifications ISO

Nos formations

IEEPI
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok