Mot-clés liés à la formation
Durée de la formation
Lieux
Niveau de la formation
Dates de la formation souhaitées
Du au
Téléchargez
notre catalogue 2020 !
Enregistrer le PDF
Actualités
Retour à toutes les actualités

La France dans le top 3 de l’innovation mondiale

Publié le lundi 7 octobre 2013
ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

La France dans le top 3 de l’innovation mondiale 

Douze grands groupes et centres de recherche français sont classés parmi les plus innovants au monde, selon un classement établi par Thomson Reuters. Américains et Japonais restent champions en la matière.

La France n’est pas en panne d’innovation! Dans son classement annuel «Top 100 Global Innovators» dévoilé ce lundi, Thomson Reuters place l’Hexagone à la troisième marche du podium des pays les plus innovants au monde -comme l’an dernier- derrière les États-Unis (1er) et le Japon (2e).

Ce classement englobe à la fois les entreprises et les centres de recherche qui développent une politique de brevet très dynamique. Quatre critères sont pris en compte: le nombre de brevet déposés, le taux de succès de ces derniers, c’est-à-dire la différence entre les brevets déposés et ceux qui sont effectivement validés, la portée internationale de ces brevets et enfin leur influence, soit le nombre de fois où ils sont cités par d’autres sociétés lors de leur processus d’innovation.

Sur ces critères, neuf entreprises françaises sont intégrées dans le top 100: Alcatel-Lucent, Arkema, L’Oréal, Michelin, Safran, Saint-Gobain, Thales, EADS et Valeo. A leurs côtés figurent le CNRS, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et l’IFP Energies nouvelles. Tous étaient déjà présents dans le top 100 l’an dernier. Ces sociétés et organismes ont déboursé 49,9 milliards de dollars en recherche en 2012. «Cette réussite est en grande partie due à la politique d’innovation du pays qui a institué un crédit d’impôt recherche», explique l’étude.

Pas question pour autant de trop vite crier victoire. Tout en saluant les bons résultats des organismes de recherche français, Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, note que «ce classement ne doit pas nous faire oublier que la transformation de l’invention du laboratoire en innovation industrielle ou de services, donc en emplois, doit encore être fortement améliorée.»

La Chine, grande absente

Loin devant, avec des dépenses R&D de 408,6 milliards de dollars, figurent les États-Unis, champions incontestés de l’innovation. Au total, 45 entreprises et organismes américains de recherche occupent le classement. Le Japon suit avec 28 groupes présents dans le top 100 et des dépenses de recherche de 141 milliards.

Le reste de l’Asie est représenté par la Corée du sud (3 groupes) et Taïwan (1). La Chine, pourtant devenue premier déposant mondial de brevets, est absente du classement pour la troisième année de suite, pénalisée par les critères retenus par l’étude. «Même si des centaines de milliers de brevets sont déposés chaque année, la grande majorité d’entre eux sont uniquement protégés de façon domestique», explique les auteurs de l’étude. Cette approche de la protection intellectuelle limite la portée internationale de l’innovation chinoise et réduit sévèrement l’influence de la région asiatique dans ce domaine, estime l’étude. Côté Europe, en plus de la France, la Suisse (4), l’Allemagne (3), la Suède (2), la Belgique (1) et les Pays-Bas (1) sont présents. Le Canada compte une entreprise au classement.

Les semi-conducteurs en force

Concernant les secteurs, le grand gagnant est celui des semi-conducteurs et composants électroniques, représenté dans le classement par 23 sociétés. Celui des logiciels informatiques suit avec 11 entreprises. La guerre des brevets à laquelle se livrent de nombreuses sociétés évoluant dans l’univers des smartphones a stimulé l’innovation dans ces branches. Les principaux géants du secteur tels que Apple, Microsoft, Samsung et Google, dominent le classement. Ironie de l’histoire: BlackBerry, vendu pour 4,7 milliards de dollars au fonds d’investissement canadien Fairfax, intègre le top 100 pour la première fois…

Le secteur automobile est représenté par 8 groupes contre 7 un an plus tôt. A noter la sortie de Renault, qui avait pourtant intégré le classement en 2012, et l’entrée de Nissan. La pharmacie renoue également avec le processus d’innovation puisque trois entreprises du secteur (contre une en 2012) figurent dans le top 100: Abbott Laboratories, Johnson & Johnson et Roche. «Un record», souligne Thomson Reuters.

Sources : Hayat Gazzane via figaro.fr

Mots clés :
IEEPI
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok