Mot-clés liés à la formation
Durée de la formation
Lieux
Niveau de la formation
Dates de la formation souhaitées
Du au
Téléchargez
notre catalogue 2021 !
Enregistrer le PDF
Actualités
Retour à toutes les actualités

Palmarès du Prix de l’inventeur européen 2021

Publié le lundi 21 juin 2021

L’OEB a dévoilé la semaine dernière les noms des lauréats du Prix de l’inventeur européen 2021, son prestigieux Prix annuel dédié à l’innovation. La cérémonie de remise de cette année, qui s’est entièrement déroulée pour la première fois sous forme numérique, était ouverte au public et a rassemblé des spectateurs du monde entier pour la proclamation du palmarès.

M. António Campinos, Président de l’OEB, a déclaré :

En ces temps difficiles, il est encourageant de voir la créativité et l’enthousiasme dont font preuve ces inventrices et inventeurs en apportant des solutions innovantes au monde. Leurs accomplissements nous rappellent qu’il est possible, par notre imagination, notre savoir et notre ingéniosité, de surmonter bien des obstacles. La capacité de mener une idée novatrice jusqu’à sa commercialisation exige également de la persévérance et un environnement favorable à l’innovation. Les finalistes et les lauréats du Prix de l’inventeur européen 2021 en sont tous la preuve concrète.

 

Les lauréats du Prix de l’inventeur européen 2021 sont :

Industrie : Per Gisle Djupesland (Norvége)
Administration plus efficace de médicaments par voie nasale

Le dispositif médical de l’inventeur norvégien s’appuie sur la forme naturelle du nez et sur la respiration du patient pour améliorer l’administration de médicaments par voie nasale et traiter diverses pathologies. Cette invention a contribué à la croissance d’une entreprise, aujourd’hui cotée en bourse, qui développe des solutions médicales innovantes – une bouffée d’air frais pour les patients.

Recherche : Robert N. Grass et Wendelin Stark (Autriche/Suisse)
Stockage de données sur ADN

Les inventeurs autrichien et suisse ont mis au point une méthode inédite permettant de conserver des données converties en code génétique par fossilisation artificielle dans de minuscules billes de verre. Ils ont créé un format de stockage capable de protéger des données de grande valeur pendant des millénaires, ainsi qu’un code-barres ADN très fiable : lorsque ces minuscules particules sont appliquées sur des produits, elles garantissent la traçabilité tout au long de la chaîne d’approvisionnement d’indicateurs spécifiques, tels que l’origine du produit ou les conditions de travail.

Pays non membres de l’OEB : Sumita Mitra (Inde/États-Unis)
Rendre le sourire grâce aux nanomatériaux

Cette chercheuse a découvert qu’il était possible d’utiliser des nanoagrégats en dentisterie afin d’obtenir des matériaux d’obturation solides, durables et esthétiques. Le matériau qu’elle a mis au point s’affranchit de nombreuses limites que présentaient les composites dentaires antérieurs, qui étaient trop fragiles pour être utilisés sur les surfaces de mastication ou ternissaient rapidement. Ces minuscules agrégats ont été utilisés dans un milliard de restaurations dentaires dans le monde.

Petites et moyennes entreprises (PME) : Henrik Lindström et Giovanni Fili (Suède)
Cellules solaires souples pour dispositifs portables

Dans leur usine de Stockholm, les inventeurs fabriquent une cellule solaire à pigment photosensible basée sur un nouveau matériau d’électrode à très haute conductivité qui peut être imprimé sur mesure dans presque toutes les formes et couleurs, et peut même générer de l’électricité en intérieur. Cette polyvalence permet d’intégrer les cellules dans une grande variété d’appareils électroniques pour proposer des produits auto-rechargeables.

Œuvre d’une vie : Karl Leo (Allemagne)
Avancées dans le domaine des semi-conducteurs organiques

Le physicien allemand a perfectionné les semi-conducteurs organiques en améliorant leur conductivité par une technique appelée dopage, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle génération de dispositifs d’affichage à diodes électroluminescentes organiques (OLED) très efficaces. Ses OLED permettent d’améliorer la luminosité des images, la résolution de couleur et l’efficacité énergétique des appareils électroniques. Actuellement, la moitié des smartphones dans le monde et de nombreux types de cellules solaires organiques ultra-légères intègrent sa technologie. Il a également fondé plusieurs entreprises au cours d’une carrière de plus de 30 ans.

Prix du public : Gordana Vunjak-Novakovic (Serbie/États-Unis)
Avancées dans le domaine de l’ingénierie tissulaire

Le Prix du public, décerné à l’un des 15 finalistes à l’issue d’un vote du public en ligne, a cette année été remis à Gordana Vunjak-Novakovic pour ses avancées dans le domaine de l’ingénierie tissulaire. Le Prix du public est destiné à récompenser l’inventeur ou l’équipe d’inventeurs qui a su enthousiasmer et impressionner le grand public par sa créativité et son génie. Au total, l’Office a reçu cette année près de 27 000 votes pour les 15 finalistes du Prix de l’inventeur européen.

 

Seuls Français dans la course, sélectionnés parmi 400 propositions, les physiciens Mathias Fink et Mickael Tanter ne sont pas lauréats mais faisaient partie (en binôme) des finalistes de la catégorie « Recherche ». Ils étaient nommés pour leur travail novateur dans l’imagerie médicale et dans la détection des cancers (notamment du sein et du foie) depuis les années 90.

Ils sont à l’origine d’un système d’imagerie à ultrasons qui trouve ses origines à l’ESPCI Paris-PSL, qui permet de sentir l’élasticité des tissus et donc d’identifier de possibles tumeurs sans être obligé de recourir à des biopsies douloureuses et invasives pour les patientes et patients, et qui s’avèrent parfois inutiles.

 

Plus d’informations : OEB

Mots clés :
IEEPI
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok