Mot-clés liés à la formation
Durée de la formation
Lieux
Niveau de la formation
Dates de la formation souhaitées
Du au
Téléchargez
notre catalogue 2023 !
Enregistrer le PDF
Actualités
Retour à toutes les actualités

Le prototype de Mickey dans le domaine public en 2023

Publié le vendredi 6 janvier 2023

Le prototype de la mascotte de Disney, « Steambot Willie », ne sera plus soumis au copyright en 2024, le personnage restera toutefois assujetti au droit des marques.

Le domaine public talonne le héros de l’empire Disney. En 2024, la première œuvre mettant en scène Mickey Mouse, le court métrage d’animation Steamboat Willie, sorti en 1928, devrait glisser hors de la protection du droit d’auteur et être librement disponible à tout un chacun. Le droit américain sur le copyright, élargi en 1998 pour s’étendre jusqu’à 95 ans après diffusion, lâchera donc bientôt prise sur la production. En théorie… car Disney veille au grain !

Comme le rappelle le New York Times , l’arrivée de Mickey dans le domaine public ne prendra pas la forme d’une réappropriation à tout-va du personnage. Il s’agira plutôt d’une très lente immersion. Seul le Mickey de 1928 et le court métrage associé, sortiront du copyright de Disney, le Mickey de Fantasia par exemple n’en sortira qu’en 2036.

Toutes ces œuvres sont certes disponibles au visionnage sur une multitude de supports physiques ou numériques. Disney a même mis en ligne les huit minutes en noir et blanc de Steamboat Willie sur sa chaîne YouTube officielle, signe que l’enjeu de cette œuvre en particulier n’est pas important en soi.

L’entrée progressive du répertoire de Disney dans le domaine public permettra néanmoins à chacun de s’approprier ces créations, voire d’en proposer de nouvelles versions. Pour le meilleur comme pour le pire. Une adaptation horrifique, façon «slasher» du premier livre de Winnie l’ourson doit ainsi sortir en salle en 2023, suite à l’entrée de l’œuvre dans le domaine public.

Disney pourra néanmoins compter sur le droit des marques pour restreindre les élans les plus farfelus ou nuisibles à son image. Non seulement l’image de Mickey est associée à l’entreprise américaine depuis plusieurs dizaines d’années, mais l’apparence plus précise de la souris de Steamboat Willie a été ajoutée à son logo en 2007. Depuis cette date, chaque carton de production des films Disney comporte une petite vignette extraite de Steamboat Willie, où l’on voit Mickey siffler à la barre de son bateau à vapeur, immédiatement après la vue iconique du château de Disneyland enserré de feux d’artifice et des notes orchestrales de When You Wish Upon a Star.

Ces choix ne sont pas le fruit de la nostalgie. À l’image d’autres géants du divertissement, comme le Japonais Nintendo, Disney s’est taillé au fil des ans une réputation de traqueur implacable des infractions à ses copyrights. En 2020, une agence déléguée de la compagnie avait exigé le règlement d’une somme de 250 dollars à une école élémentaire qui avait diffusé sans autorisation Le Roi lion lors d’un événement caritatif. Face au tollé, le président de Disney en personne, Bob Iger, s’était excusé de l’incident…

Les artistes et les parodieurs avides de s’emparer de Mickey, autrement que sous le manteau, devront ainsi naviguer sur une ligne de crête pour le moins étroite : respecter le personnage de 1928 qui tombera dans le domaine public, sans tromper leurs spectateurs quant à la nature non officielle de leur création.

Disney avertit :

Nous nous efforcerons d’éviter la confusion des consommateurs causée par des utilisations non autorisées de Mickey et de nos autres personnages emblématiques.

 

Illustation : Licence Creative Common
Source : Le Figaro

Mots clés : ,
IEEPI
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok