Mot-clés liés à la formation
Durée de la formation
Lieux
Niveau de la formation
Dates de la formation souhaitées
Du au
Téléchargez
notre catalogue 2020 !
Enregistrer le PDF
Actualités
Retour à toutes les actualités

Paroles d’experts – L’Arbre des moyens : un outil pour innover et préparer les brevets

Publié le mercredi 9 janvier 2019

Pour en savoir plus et aller plus loin, l’IEEPI et Yann de Kermadec vous proposent les formations suivantes :


 

Paroles d’experts : Yann de Kermadec.

L’IEEPI donne la parole à ses experts, aujourd’hui Yann de Kermadec,
Expert en Management de l’Innovation et de la PI.

« La plupart des concepteurs disent que les brevets sont illisibles ! Pour faciliter la lecture des brevets, on peut les traduire sous la forme de schémas…. »

Yann de Kermadec nous propose l’analyse d’un outil pour innover et préparer le dépôt de brevets : L’Arbre des moyens.

 

En deux mots, l’arbre des moyens, qu’est-ce que c’est ?

L’arbre des moyens est un langage schématique qui permet, à la fois, de comprendre les brevets, de concevoir de nouvelles solutions techniques et de préparer le dépôt d’un brevet.

 

Comment l’arbre des moyens permet-il de comprendre les brevets ?

Pour répondre à cette question, je vous propose un petit détour historique pour expliquer comment les brevets, qui au départ étaient faciles à lire, sont devenus des textes que les concepteurs trouvent illisibles…

Les textes des premiers brevets étaient des descriptions techniques classiques. Les concepteurs lisaient donc facilement les brevets. Au fil du temps, les offices de brevets ont imposé des règles de rédaction qui permettent de mieux répondre à deux questions juridiques clés, qui sont liées :

  • « Quelles sont les limites de ce qui est protégé par ce brevet ? »
  • « Cette solution technique contrefait-elle ce brevet ? »

Progressivement, les pays ont adopté l’utilisation des revendications dans les textes des brevets. Les revendications permettent d’aller au cœur d’une solution technique car elles posent aux inventeurs potentiels une question clé : « Quelles combinaisons nouvelles de moyens proposez-vous ? ».

Les spécialistes des brevets ont ainsi inventé un langage de protection remarquable… qui est également un langage de conception puissant. Concevoir, en effet, consiste à combiner des moyens pour répondre à un besoin. Mais les concepteurs ont beaucoup de mal à comprendre les revendications, qui sont des phrases compliquées et souvent très longues. En revanche, si l’on traduit les revendications sous la forme de schémas, appelés « arbres des moyens », le « langage des brevets » devient très clair pour les concepteurs.

Voici, par exemple, un arbre des moyens qui correspond à la première revendication du brevet FR 2 752 374, dont le titre est « Dispositif releveur de produits, notamment de condiments, disposés dans un récipient ». Les dessins de ce brevet présentent un dispositif releveur seul (Fig 3a) et un dispositif releveur dans un bocal (Fig 4a).

L’expérience montre que la plupart des concepteurs sont totalement « bloqués » devant une revendication sous sa forme classique. En revanche, ils s’approprient rapidement un arbre des moyens, discutent des combinaisons de moyens présentées, proposent des variantes… C’est logique : les concepteurs sont habitués à raisonner sur des schémas !

Ainsi, grâce à l’arbre des moyens, le langage des brevets peut devenir un langage commun de « conception-protection » pour tous les innovateurs, en particulier pour les concepteurs et les spécialistes des brevets.

 

Quelles sont les utilisations actuelles de l’arbre des moyens ?

Depuis quelques mois, l’utilisation de l’arbre des moyens se développe rapidement dans les entreprises sous des formes variées :

  • Formations à l’utilisation des brevets et de la propriété intellectuelle,
  • Utilisations des brevets existants (veille brevets, extension des brevets…),
  • Séances de créativité brevets,
  • Préparation des dépôts de brevets …

Toutes les utilisations de l’arbre des moyens s’inscrivent dans une démarche globale appelée « Innover grâce aux brevets »(*). Cette démarche part du principe que les brevets ne sont pas seulement un « résultat juridique » des projets d’innovation, mais que les brevets sont utiles pour toutes les étapes de l’innovation. En effet, les brevets sont à la fois :

  • Un outil stratégique pour protéger et valoriser les innovations ;
  • Une mine d’informations ;
  • Un langage de conception puissant.

Grâce à ces trois fonctions complémentaires, les brevets permettent d’éclairer, dynamiser, sécuriser et mieux exploiter les projets d’innovation.

Les « activités brevets » sont nombreuses et souvent liées entre elles. L’utilisation des brevets est donc à la fois riche et complexe. Les bénéfices obtenus par les entreprises dépendent directement de la qualité des coopérations entre les spécialistes des brevets et les non-spécialistes. D’où l’intérêt de l’arbre des moyens : un langage commun pour les spécialistes des brevets et les non-spécialistes.

 

Comment peut-on apprendre à utiliser l’arbre des moyens ?

L’arbre des moyens est un outil simple. Tout le monde est capable de construire un arbre des moyens en utilisant PowerPoint. Pour bien distinguer les « moyens », les « relations » et ce qui est nouveau par rapport à la solution de référence, on peut utiliser les modes de représentation suivants :

  • Rectangle bleu pour un moyen
  • Tiret orange pour une relation « indépendante du temps »
  • Flèche orange pour une relation « dépendante du temps » (procédé)
  • Rectangle orange sur le tiret ou la flèche lorsque la relation est décrite
  • « Trait plein » pour un moyen existant ou une relation existante
  • « Trait pointillé » pour un moyen ou une relation qui sont nouveaux par rapport à la solution existante « de référence » (de préférence la plus proche)

Cependant, quand on démarre seul la construction d’un arbre des moyens, les premiers pas sont souvent un peu laborieux. Il est préférable de commencer avec quelqu’un qui a déjà l’habitude d’utiliser l’arbre des moyens. Cela permet de gagner beaucoup de temps et de réaliser des arbres des moyens plus clairs, donc plus faciles à utiliser.

L’expérience montre que les concepteurs et les spécialistes des brevets s’approprient rapidement l’arbre des moyens, ce qui a conduit le responsable PI d’une grande entreprise à déclarer : « Ce petit outil n’a l’air de rien, mais il va changer pas mal de choses dans le monde des brevets ! ».

 


Pour en savoir plus et aller plus loin, l’IEEPI et Yann de Kermadec vous proposent les formations suivantes :

Mots clés :
IEEPI
En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok